Quantmetry au Hacking Health Camp 2019

Quantmetry au Hacking Health Camp 2019

Le week-end du 23 mars, Quantmetry était au Hacking Health Camp 2019, à Strasbourg. Le Hacking Health Camp, c’est le plus grand Hackathon européen dédié à la santé. Son objectif : 50 heures pour créer un prototype innovant répondant à des enjeux de Santé pour le futur.

Quantmetry y participait pour la troisième fois, associé à l’unité de sénologie des hôpitaux universitaires de Strasbourg. Cette année, deux prix sont venus récompenser la solution « ReCoRD » :

L’équipe à la sortie du Hacking Health Camp

Retour sur les éditions 2015 et 2017

Depuis 2015, Quantmetry a déjà présenté deux solutions en collaboration avec l’unité de Sénologie des Hôpitaux de Strasbourg, raflant au passage 5 prix prestigieux :

En 2015, Quantmetry avait proposé « Senometry » : une solution d’analyse des fiches de réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP) de l’Unité de Sénologie grâce à des techniques de machine learning.

Ce projet avait été récompensé par deux prix et a permis déjà plus de 6 publications scientifiques depuis 2016.

Pour sa deuxième participation en 2017, Quantmetry avait présenté « Lymphometry » : une solution permettant de prédire l’apparition de lymphœdèmes suite à des opérations liées au cancer du sein.

Une fois encore, l’équipe avait été distinguée : trois prix.

Pour l’édition 2019 du Hacking Health Camp, l’équipe de Quantmetry et de l’unité de sénologie des Hôpitaux universitaires de Strasbourg a pu compter sur cet héritage pour proposer une solution tout aussi innovante nommée « ReCoRD ».

Logo de l’équipe (crédit : Oriane Abt)

Le Hacking Health Camp 2019

Ce Hackathon regroupe des centaines de personnes animées par la même ambition : faire évoluer le monde de la santé. Tous les profils y sont représentés : des développeurs, des designers, des juristes, des entrepreneurs, des professionnels de santé et même des patients. Cette variété permet aux équipes d’être pluridisciplinaires, ce qui est essentiel dans l’élaboration d’une solution innovante.

L’équipe Quantmetry était composée de Gill Morisse (Manager – Offre Santé), d’Antoine de Daran (Consultant), de Robin Michay (Développeur Web) et de trois Data Scientist : Samy Djazoubi, Sang-Hoon Yoon et Vincent Dejouy.

Le Hacking Health Camp est aussi l’occasion de se joindre à des projets. C’est ce qu’ont fait Fabricio Santolin da Silva, en tant que développeur, Oriane Abt en tant que designeuse et Quentin Peltier en rejoignant notre équipe.

Nous avons pu également compter sur l’indispensable expertise de plusieurs professionnelles de santé : Charlotte Arnalsteen, Virginie Collin et Nathalie Reix (Hôpitaux universitaires de Strasbourg) et Laetitia Fend (Transgene). Ainsi, notre projet était au plus près des problématiques actuelles du secteur. Leurs connaissances concrètes nous ont permis de comprendre les problèmes pratiques rencontrés en univers hospitalier.

Un véritable besoin a alors émergé : automatiser le contrôle des drains posés après les opérations chirurgicales.

ReCoRD : Redon Connecté pour Retour à Domicile

Qu’est-ce qu’un redon ?

Un redon correspond en terme général à un système composé d’un récipient pour le recueil des fluides et d’un drain issu du site opératoire (la plaie).

Ce récipient est une bouteille hermétiquement fermée, sous vide et stérile, fixée au drain.

Enjeux

La grande majorité des opérations chirurgicales nécessite la pose d’un redon afin de récupérer les liquides biologiques (sérome, lymphe et sang). Par exemple : plus de 50 000 femmes atteintes d’un cancer du sein sont opérées en France par an et dans plus de la moitié des cas, un drain est posé.

Un suivi automatisé, continu et à distance des redons permettrait de répondre à plusieurs demandes.

  • D’abord, celles de certains patients qui souhaitent pouvoir rentrer plus tôt à leur domicile. Cela améliore la réhabilitation post-opératoire via un retour rapide à la mobilité d’où une autonomie rapidement retrouvée.
  • Permettre aux patients de rentrer rapidement chez eux, c’est aussi une manière d’atteindre l’objectif fixé par la ministre de la santé, Agnès Buzyn. À l’horizon 2022, le taux de chirurgie ambulatoire doit être de 70 % : il est aujourd’hui de 30% au sein de l’unité de Sénologie de Strasbourg.
  • Un redon intelligent, c’est aussi s’assurer de la normalité des suites opératoires et notamment diagnostiquer rapidement une anomalie nécessitant une consultation médicale. Cela permet donc de lutter contre les déserts médicaux en mettant un outil de télémédecine à disposition des centres hospitaliers.

Une solution de ce type pourrait être étendue à toutes les chirurgies utilisant des redons.

L’équipe a été félicitée pour le prototype présenté et pour l’approche transversale et globale du projet. Réussir à passer de l’idée, à sa réalisation concrète en respectant les contraintes de temps inhérentes au format du challenge est une prouesse qui a été reconnue par les coachs et le jury.

✍ Ecrit par Antoine de Daran